Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Kiosque à journaux
©Charles Platiau / Reuters

Journalisme

Les aides à la presse bientôt conditionnées à la présence de journalistes professionnels dans les médias concernés?

Une mission de réflexion doit livrer au ministère de la Culture ses conclusions mi-mars

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a confié à Mme Laurence Franceschini, Conseillère d’Etat, présidente de la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP), une mission de réflexion sur les conditions d’accès aux aides à la presse et notamment celles relatives à la composition des rédactions annonce un communiqué du ministère de la Culture. Elle rendra un rapport mi-mars 2021

"Si les titres de presse doivent aujourd’hui présenter un « apport éditorial significatif », l’accès au régime économique de la presse, via l’inscription sur les registres de la CPPAP, n’est assorti en tant que tel d’aucune condition quant à la présence de journalistes au sein des rédactions" ajoute le communiqué. "Seuls les services de presse en ligne d’information politique et générale doivent comporter au minimum un journaliste professionnel au sens de l’article L.7111-3 du code du travail au sein de l’équipe rédactionnelle".

"Alors que la lutte contre la manipulation de l’information est aujourd’hui un enjeu majeur pour nos sociétés démocratiques et que le renforcement des exigences déontologiques et la séparation nette entre l’information et la publicité sont nécessaires pour renforcer le lien de confiance entre les médias et le grand public, les changements récents constatés dans les rédactions de certains titres plaident pour un renforcement de l’exigence journalistique. Ils posent ainsi la question de la nécessaire présence de journalistes professionnels pour pouvoir accéder aux aides à la presse, en particulier pour la presse d’information politique et générale."

Les derniers changement intervenus dans le fonctionnement de journaux comme Science & Vie racheté par le groupe Reworld montrent clairement les risques de confusions entre information et publicité, ainsi qu'une baisse de la qualité, les journalistes laissant place à des fournisseurs de contenus

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !