Le Royaume-Uni n'accordera pas l'asile à Asia Bibi par peur de "troubles communautaires" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Royaume-Uni n'accordera pas l'asile à Asia Bibi par peur de "troubles communautaires"
©ASIF HASSAN / AFP

Martyr

Le Royaume-Uni n'accordera pas l'asile à Asia Bibi par peur de "troubles communautaires"

Selon l’Association chrétienne pakistanaise britannique, accorder l'asile à la chrétienne persécutée au Pakistan représenterait une menace pour le Royaume-Uni.

Acquittée au début du mois d'octobre après huit ans passés dans les couloirs de la mort pour blasphème, Asia Bibi est toujours au Pakistan, où sa vie est menacée de mort par les islamistes. Elle ne pourra pas obtenir l'asile au Royaume-Uni, révèle le HuffPost UK : sa demande d'asile a été rejetée par elle pourrait causer des problèmes dans le pays, où vit une très importante communauté pakistanaise. 

"On m'a indiqué que le gouvernement britannique craint que l'arrivée d'Asia Bibi au Royaume-Uni cause des problèmes de sécurité et des troubles au sein de certaines parties de la communauté et qu'elle constituerait aussi une menace pour les ambassades britanniques à l’étranger qui pourraient être la cible de terroristes islamistes", a expliqué au HuffPost anglais Wilson Chowdhry, le président de l’Association chrétienne pakistanaise britannique.

Il ajoute que "Asia et sa famille ont décidé d'accepter l'offre d'asile d'un pays occidental", sans préciser lequel. Il indique que deux pays ont fait part de leur souhait d'accorder l'asile à la chrétienne persécutée dans son pays.  Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a indiqué vendredi 9 novembre que la France était prête à l'accueillir. Anne Hidalgo, maire de Paris, a également fait part de sa volonté d'accueillir Asia Bibi, qui a été faite citoyenne d'honneur de la ville.

 
Lu sur le HuffPost UK

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !