Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé

Quid du 4ème vol de rapatriés ?

Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français

C'est dans le Calvados que les nouveaux rapatriés français seront en quarantaine, en attendant d'être diagnostiqués ou non du coronavirus.

Demain, vendredi 21 février, une trentaine de Français vont débarquer sur le territoire, en provenance de Chine. En attendant d'être sûr qu'ils ne sont pas porteurs du nouveaux virus mortel, le coronavirus, ceux-ci seront mis en quarantaine à Branville dans le Calvados, où un village de Pierre&Vacances a été dédié à cet effet. Ce traitement suit donc celui mis en vigueur pour les 200 premiers arrivants, eux aussi placés en quarantaine durant quinze jours. 

Le préfet a garanti que les 77 cottages de ce centre permettront "un hébergement tranquillisé" et "adapté aux familles et personnes seules". La température des habitants sera prise deux fois par jour pour surveiller au mieux toute apparition de symptomes. Una barrière de sécurité court déjà le long des 12 hectars que compte le terrain du fameux club de vacances. 

Ces futurs rapatriés viennent d'une zone chinoise particulièrement exposée à la violence du virus : la région de Hubei et sa capitale désormais tristement célèbre, Wuhan. L'Airbus A380 qui est chargé de les extrader accueillera aussi à son bord d'autres ressortisants européens, qui seront eux pris en charge par les autorités de leur pays respectifs à leur arrivée. Les voyageurs subiront un examen médical avant de monter dans l'avion et voyageront avec une équipe médicale. Seules les personnes qui ne présentent pas les symptomes du virus seront mises en quarantaine, les autres seront prises en charge par le Samu 75 dès leur descente de l'avion. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !