Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture

Disparition

Le philosophe Michel Serres est décédé

L’académicien, écrivain et historien des sciences est mort samedi à l’âge de 88 ans.

"Adieu Michel Serres, l’honnête homme par excellence, du XXe et du XXIe siècles, éclectique, humaniste et visionnaire", a écrit le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. "Sa pensée était lumineuse et moderne, poétique et accessible. Un pas vers demain, il savait nous projeter avec lui vers un avenir où l’homme reprenait toute sa place. La chaleur de sa voix nous manque déjà", a ajouté son collègue de la Culture, Franck Riester. Il était un "homme de lumières et de raison, qui avait fait de son savoir immense la plus belle part de son humanité", pour le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, tandis que celle de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, voit en lui "notre contemporain capital, sensible aux nouveautés du temps comme aux invariants des hommes et des choses".

L’académicien, écrivain et historien des sciences Michel Serres est décédé samedi. "Il est mort très paisiblement à 19h entouré de sa famille", a déclaré son éditrice Sophie Bancquart. S'étant en particulier intéressé aux sciences en tant qu'Enseignant-chercheur, membre de l'Académie française et de l'Académie européenne des sciences et des arts, il a notamment publié des ouvrages faisant autorité en matière d'histoire des sciences, philosophie des sciences et épistémologie. Auteur de près d’une centaine d’ouvrages et d’essais, Michel Serres était un penseur de renommée internationale. Il était avec Claude Levi Strauss et René Girard un des philosophes français les plus lus et les plus influents. En 2012 l’université de Cologne lui avait décerné le prix Maitre Eckart, qu’il fut le seul français à obtenir avec Claude Levi Srauss.

Né le 1er septembre 1930 à Agen, il fut d’abord reçu à l’École navale à l’âge de 19 ans en 1949, puis intégra l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1952 où il arriva second à l’agrégation de philosophie en 1955, avant de devenir officier dans la marine française entre 1956 et 1958. En 1968 il passe un doctorat de lettres et publie son premier livre Le système de Leibniz et ses modèles mathématiques (PUF). Il est élu le 29 mars 1990 à l’Académie française, où il occupe le fauteuil no 18, précédemment occupé par Edgar Faure. Dans les années 1980, il apparaît dans certains films du cinéaste québécois Pierre Perrault. Michel Serres participa aussi chaque dimanche, de 2004 à 2018, à la chronique de France Info Le Sens de l'info avec Michel Polacco. Ce dernier a a rendu hommage à l’antenne à "un des personnages assez exceptionnels que la France a eu l’honneur et la chance (...) de posséder", soulignant sa vision des choses "véritablement originale", sa "fabuleuse culture" et sa "capacité incroyable de se mettre au niveau de tout le monde".
Dans Morales espiègles, paru en 2019, Michel Serres évoquait son parcours en ces termes: "Qu’est-ce donc que la culture? Ce qui permet à l’homme de culture de n’écraser personne sous le poids de sa culture. Et donc oui, je confesse avoir chahuté toute ma vie, par dérision envers les hiérarchies lourdes ou sottes et pour honorer la pensée vive et libre, mais j’ai aussi obéi toute ma vie. Le moins possible à la grosse bête sociale, toujours aux choses elles-mêmes. J’ai tenté de ne jamais tricher. Car obéir consiste à se soumettre aux lois des choses comme telles alors que tricher consiste à se soumettre aux lois conventionnelles des hommes en les contournant. Tout mais pas cela dis-je, mieux vaut perdre que tricher".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !