Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le New York Times publie une lettre haineuse du FBI envoyée à Martin Luther King
©

Révélations

Le New York Times publie une lettre haineuse du FBI envoyée à Martin Luther King

La lettre datant de 1964 avait pour but de pousser le pasteur au suicide.

"Tu es fini. Il n'y a plus qu'une issue pour toi. Tu ferais bien de la prendre, avant que ta personnalité obscène, anormale, frauduleuse, soit dévoilée à la nation". Les mots sont extrêmement forts et ils achèvent une lettre du FBI envoyée à Martin Luther King en 1964. Cette missive a été rendue publique jeudi soir par le New York Times.

Dans cette lettre haineuse, le FBI menaçait de révéler ses infidélités et autres agissements pour le pousser au suicide. Tapée à la machine à écrire, elle était censée faire croire qu'elle avait été envoyée par un militant du mouvement des droits civils. Il y est aussi traité de "complet imposteur", de "boulet", de "diable", de "bête anormale".

William Sullivan, adjoint de J. Edgar Hoover, chef de la police fédérale aurait écrit ce document qui a été envoyé au pasteur avec un enregistrement audio prouvant qu'il avait une liaison extraconjugale. "Tu ne peux pas croire en Dieu et agir comme tu le fais", accuse la lettre. "Écoute-toi, dégoûtant, animal anormal. Tu as été enregistré, tous tes actes d'adultère, tes orgies sexuelles, depuis longtemps. Ce n'est ici qu'un petit échantillon. Il ne te reste plus qu'une chose à faire, tu sais ce que c'est" dit aussi la missive.

Hoover entretenait une forte haine à l'égard de Martin Luther King et estimé qu'ilétait influencé par les communistes. MLK accusait de son côté le chef de la police fédérale de ne pas pouvoir mettre fin aux violences contre les Noirs dans les États ségrégationnistes du Sud.

 

lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !