Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une ambulance et un camion de pompiers roulent devant les urgences du CHU de Nantes le 16 mars 2017, dans l'ouest de la France.
Une ambulance et un camion de pompiers roulent devant les urgences du CHU de Nantes le 16 mars 2017, dans l'ouest de la France.
©LOIC VENANCE / AFP

Surcoût

Le contrôle du pass sanitaire à l'hôpital devrait coûter 60 millions d'euros par mois

Le contrôle du pass sanitaire à l'hôpital devrait coûter 60 millions d'euros par mois, d’après une estimation de la Fédération hospitalière de France et des informations de France Info. Les hôpitaux vont notamment devoir faire appel à du personnel de sécurité supplémentaire.

Afin de pouvoir accéder à un établissement de santé ainsi que dans un établissement médico-social, il faudra bientôt se munir de son pass sanitaire. Selon le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire en débat actuellement à l'Assemblée nationale, le pass sanitaire sera obligatoire à partir de début août « sauf en cas d'urgence » dans « les services et établissements de santé, sociaux et médico‑sociaux, pour les seules personnes accompagnant ou rendant visite aux personnes accueillies dans ces services et établissements ainsi que celles qui y sont accueillies pour des soins programmés ».

La mise en place de cette mesure aura un coût. Elle implique en effet le recours à du personnel de sécurité chargé de contrôler le pass sanitaire.

Selon la Fédération hospitalière de France (FHF), cette mesure coûtera 60 millions d'euros par mois aux hôpitaux. Cette évaluation a été présentée au ministère de la Santé, le mardi 20 juillet, à l’occasion d'une réunion avec les représentants du secteur hospitalier.

Reste donc à savoir si le ministère de la Santé prendra en charge ce surcoût.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !