Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
©KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Réforme

Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) se dit "conscient de ses responsabilités", une semaine après la décapitation de Samuel Paty.

Une semaine après la décapitation de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine, le Conseil français du culte musulman (CFCM), principal interlocuteur des pouvoirs publics sur l'islam, a annoncé ce samedi 24 octobre dans un communiqué qu'il travaille à la définition d'un "programme commun de formation des imams" ainsi qu'à un "plan de lutte contre toutes les formes de radicalisme et d'extrémisme à même d'immuniser la jeunesse française face à la propagande des prêcheurs de la haine et de la division".

Dans ce communiqué, le CFCM se dit "conscient de ses responsabilités" et explique son intention de "participer à la refondation du culte musulman en prenant en considération ses implications culturelles et sociales".

Concrètement, une "commission chargée d'élaborer un programme commun de formation des imams et aumôniers de France" a été mise en place et se réunira pour la première fois dans une semaine. La "commission de prévention contre le radicalisme" se réunira quant à elle le 1er novembre.

Cette communication n'est pas la première du CFCM depuis l'attentat. Ce jeudi, l'organisme avait adressé aux imams de France une proposition de texte dont ils pouvaient s'inspirer pour leur prêche, dénonçant l'irruption du "radicalisme (...) se réclamant de l'islam" et "l'assassinat horrible" de Samuel Paty, décapité par un islamiste tchétchène de 18 ans.

 

FranceInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !