Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation

Besnier boit du petit lait

Lactalis : le PDG espère la reprise de la reproduction de lait infantile dès cet été

Emmanuel Besnier a annoncé sur RTL le redémarrage de la production.

Six mois après le scandale du lait infantile contaminé, Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis, a confirmé à nos confrères de RTL ce lundi 4 juin, "la remise en marche du site". Cette reprise se fait "d'abord avec la production de poudre adulte qui est une première phase avant le démarrage futur sur la poudre infantile", a-t-il indiqué. Un redémarrage très rapide puisque le patron du groupe laitier, très discret ces derniers mois, affirme que la production de lait infantile reprendra "dès cet été" sur son site de Craon, en Mayenne.
 

"Le maximum de sécurité"

Lactalis avait procédé à un rappel massif de lots infantiles depuis le début du mois de décembre 2017, en France et dans plusieurs pays européens. Ces lots, fabriqués dans l'usine de Craon en Mayenne, étaient contaminés par la salmonelle. Mais aujourd'hui Emmanuel Besnier l'assure : "Toutes les garanties sont prises pour que ce redémarrage se fasse avec le maximum de sécurité".
 

Emmanuel Besnier certifie que cette décision est calculée : "On a tiré tous les enseignements de cette crise et pris les mesures adéquates pour que cela ne puisse plus se reproduire. En outre, il explique que cette remise en marche s’effectue sur de la poudre adulte. "Une première phase avant le redémarrage futur sur de la poudre infantile." Ces produits ne sont pas commercialisés. "Ils servent à valider toutes les mesures qui ont été prises", souligne le PDG. "Nous pensons que ça permettra de redémarrer d’ici quelques semaines, dès cet été en poudre infantile", déclare-t-il..

Il admet que le groupe va devoir s'atteler à regagner la confiance de ces consommateurs en réétudiant certains aspects marketing. "Cet aspect de discrétion nous a fortement pénalisés. Notre groupe doit évoluer sur un peu plus de communication." Le 26 décembre, la justice française a ordonné l'ouverture d'une enquête préliminaire à l'encontre de la multinationale, premier groupe laitier mondial, pour "blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui", "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" et "inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit", préjudiciable à la santé.
 
  
 
 
 
 

 

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !