Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Pressions

Lactalis : des analyses complaisantes ?

Dans une enquête, Europe 1 affirme que le laboratoire chargé d'inspecter les allergènes des produits du groupe refaisait les analyses jusqu'à l'obtention du résultat voulu.

L'entreprise Lactalis a-t-elle fait pression pour obtenir de bons résultats sanitaires auprès d'un laboratoire ? C'est ce que prétend Europe 1 qui pointe du doigt, dans une enquête, "l'importante pression exercée au sein du laboratoire chargé de détecter les allergènes (gluten, fruits à coque, œufs…) pour arriver à un résultat favorable pour le groupe agroalimentaire."

En l'occurrence, c'est un laboratoire nantais qui s'occupait des tests réguliers. Selon les anciens salariés, les échantillons étaient refaits jusqu'à l'obtention d'un résultat satisfaisant. "À chaque fois que le résultat obtenu n'était pas celui espéré, ça devenait un automatisme pour nous. Le responsable nous disait 'Vous pouvez refaire l'analyse'" explique l'un d'eux. Pourquoi une telle complaisance ? "Lactalis est un contrat à plusieurs millions d'euros. Il faut absolument satisfaire un très gros client" a expliqué la direction à un ancien salarié, qui souligne avoir "senti une vraie pression" lorsqu'il échangé avec Lactalis au téléphone.

"Qu'un échantillon revienne une deuxième fois pour contre-analyse, pas de souci, c'est normal. Mais quand l'échantillon revient une dizaine de fois, c'est de l'acharnement. À force de voir des échantillons revenir encore et encore, pendant trois semaines, au laboratoire, ça nous est arrivé de leur dire : 'Si vous voulez un test négatif, vous nous le dites tout de suite. On ne met rien dans l'échantillon, on l'analyse, et comme ça, il sera négatif'" critiqué l'ancien employé. "On s'est souvent dit entre nous qu'un jour, un scandale sanitaire allait arriver. Parce qu'on rendait des résultats qu'on savait biaisés."

 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !