Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Syrie continue à cacher des armes chimiques
©Reuters

Tricheurs

La Syrie continue à cacher des armes chimiques

Les autorités syriennes continuent à cacher des armes chimiques et seraient même en train d'en développer de nouvelles, selon le Wall Street Journal.

Un an après la fin officielle du programme de démantèlement de l'arsenal chimique syrien, "personne ne devrait être étonné d'apprendre que le régime syrien triche", déclare Robert Ford, ambassadeur américain en Syrie, cité par le Wall Street Journal.
 
Selon le journal américain, la mission internationale n'a pas réussi à forcer le régime syrien à renoncer à l'ensemble de son arsenal, ni à empêcher les scientifiques de poursuivre leurs recherches. Les officiels syriens ont en effet exercé un contrôle très strict de ce que les inspecteurs ont été autorisés à voir pendant leur mission. En outre, l'ampleur des travaux du régime sur les armes chimiques a pu être cachée aux occidentaux, selon des sources issues d'agences de renseignement.
 
Lors de cette mission, 1.300 m3 d'armes chimiques - en majorité du gaz moutarde et du gaz sarin - ont été saisis et neutralisés pour être transformés en déchets.
 
Mais depuis, le régime a été accusé à plusieurs reprises de mener des attaques au gaz de chlore en utilisant des barils d'explosifs largués depuis des hélicoptères. Le 6 mars dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté vendredi une résolution qui condamne l'utilisation du gaz de chlore comme arme chimique dans le conflit syrien. En juin 2014, le régime syrien avait fait valoir qu'il n'avait pas "l'obligation de déclarer le gaz de chlore en tant qu'arme chimique, car il est souvent utilisé par le secteur industriel".
Lu dans le Wall Street Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !