Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
D'après les services russes, l'attaque informatique viendrait de services étrangers.
D'après les services russes, l'attaque informatique viendrait de services étrangers.
©

Guerre numérique

La Russie accuse les services étrangers de préparer une cyberattaque contre elle

Cette cyberattaque viserait le système financier du pays.

Les accusations de cyberattaques sont nombreuses en ce moment entre les pays occidentaux et Moscou. Berlin et Paris avait déjà dit redouter des attaques informatiques venant de l'étranger, à l'approche de scrutins très importants. C'est maintenant le FSB, c'est-à-dire les services secrets russes, qui alertent sur la menace d'une cyberattaque contre le système financier de la Russie.

Dans un communiqué paru sur son site, le FSB a précisément déclaré avoir "reçu des informations concernant la préparation par des services secrets étrangers d'une cyberattaque d'envergure pour déstabiliser à partir du 5 décembre 2016 le système financier russe, en particulier les activités de plusieurs banques russes".

D'après ces mêmes services secrets, les auteurs de la cyberattaque ont l'intention d'"envoyer en masse des SMS et de publier des messages provocants sur les réseaux sociaux et sur les blogs à propos d'une crise du système financier russe" aux habitants de plusieurs dizaines de villes de Russie.

Le FSB affirme aussi que les "centres de commandement" et les serveurs qui sont utilisés pour cette cyberattaque appartiennent à l'hébergeur internet ukrainien BrazingFast. Son directeur a démenti les accusations.

Mardi, le chef des services secrets extérieurs de l'Allemagne avait jugé probable une multiplication des piratages informatiques, et parmi eux notamment ceux venant de Russie. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !