La police est intervenue au domicile de Boris Johnson après une querelle conjugale avec Carrie Symonds | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
La police est intervenue au domicile de Boris Johnson après une querelle conjugale avec Carrie Symonds
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Mauvaise image

La police est intervenue au domicile de Boris Johnson après une querelle conjugale avec Carrie Symonds

La police s'est rendue au domicile de Boris Johnson pour une dispute conjugale. Cette scène de ménage pourrait perturber la carrière politique de Boris Johnson, grand favori pour succéder à Theresa May au poste de Premier ministre. Le comportement de Boris Johnson a alerté un de ses voisins qui a annoncé avoir entendu une bruyante dispute avec des hurlements et des claquements de portes.

Alors que Boris Johnson est annoncé comme le principal favori pour succéder à Theresa May pour le poste de Premier ministre, un événement imprévu pourrait ternir son image. La police londonienne s'est rendue ce vendredi au domicile de Boris Johnson. Les forces de l'ordre ont reçu un appel faisant état d'une bruyante querelle conjugale, selon de nombreux médias britanniques. 

D'après des informations du Dailymail, un voisin a appelé la police dans la nuit de jeudi à vendredi en déclarant avoir entendu une bruyante dispute avec des claquements de portes et des hurlements. Cet incident se serait déroulé au domicile de Boris Johnson et de sa compagne Carrie Symonds dans la partie sud de Londres. La compagne aurait déclaré "Sors de mon appartement" et "dégage", selon les tabloïds anglais. 

Le porte-parole de la police londonienne a évoqué cet incident : 

"La police s'est rendue sur place et a parlé à tous les occupants de l'adresse, qui se portaient tous bien. Les agents n'ont relevé aucune infraction ni source d'inquiétude, et il n'y avait aucune raison pour que la police agisse".

Le voisin a raconté au Guardian qu'il avait frappé trois fois à la porte de Boris Johnson et de Carrie Symonds mais que personne n'avait répondu. Il a indiqué avoir entendu "deux cris très forts" et un "gros claquement" qui a fait trembler l'immeuble. 

Selon des informations du Dailymail, Boris Johnson sera interrogé aujourd'hui sur ces faits. 

Ce conflit et cet incident pourraient sérieusement nuire à la candidature de Boris Johnson lors des prochaines semaines.

Son voisin a remis un enregistrement de la violente altercation au journal The Guardian. Dans l'enregistrement, on entend Boris Johnson en train de crier: "Lâche mon p****n d'ordinateur", avant qu'un bruit fort ne se fasse entendre.

L'une des voisines a déclaré: "Il y avait beaucoup de cris, une dame hurlait et j'entendais des verres ou des assiettes être lancés plusieurs fois. […] Cela a duré environ dix minutes". 

Dans l'enregistrement de leur dispute , Carrie Symonds regrette que Boris Johnson ait renversé du vin rouge sur son canapé. 

Boris Johnson semble ne pas avoir informé son équipe de campagne de la visite de la police dans l'appartement qu'il partage avec Carrie Symonds.

Selon le Dailymail, Carrie Symonds, est directrice des relations publiques. Elle a notamment participé à transformer et à améliorer considérablement l'image de Boris Johnson. Grâce à elle, il a notamment changé sa coupe de cheveux, il a maigri et son apparence s'est améliorée. Le père de Carrie Symonds, Matthew Symonds, est cofondateur du journal The Independent et sa mère, Josephine Mcaffee, est une avocate des médias.

Boris Johsnon espère épouser Carrie Symonds une fois que son divorce avec Marina Wheeler, avec qui il a eu quatre enfants, sera finalisé. La rupture aurait généré des relations extrêmement tendues entre Boris Johnson et ses enfants.

La vie privée chaotique de Boris Johnson pourrait donc être un frein pour son avenir politique. 

Dailymail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !