Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Revenir sous la barre des 3% de déficit pour 2017 est une hypothèse "plausible" estime Jean-Claude Juncker
©Reuters

Ouf

La Commission européenne salue les efforts de la France

Bruxelles desserre l'étau sur la France. La maîtrise des comptes publics semble avoir rassuré Jean-Claude Juncker qui formule cependant quelques conseils : la sécurité sociale, le régime des retraites et l'assurance chômage doivent être examinés.

Le programme de réformes de la France semble avoir convaincu la Commission européenne. Un plan jugé de "meilleure qualité et plus cohérent" par Pierre Moscovici, responsable des Affaires économiques et monétaires, ce mardi. Aucune procédure pour déséquilibres économiques excessifs ne sera ouverte à l’encontre de Paris.

Les équipes de Jean-Claude Junker estiment que la maîtrise des comptes publics s’améliore. Revenir sous la barre des 3% de déficit pour 2017 est une hypothèse "plausible". "La France fait clairement ses efforts budgétaires", a estimé le vice-président de la Commission chargé de l’euro, Valdis Dombrovskis.

Pour autant, la Commission garde un œil sur les promesses faites par la France en matière de réduction des dépenses (15 milliards en 2016). Pour tenir cet engagement, le ministre des Finances, Michel Sapin, a déjà annoncé qu’il fallait 5 milliards d’euros de mesures supplémentaires pour compenser les effets de la faible inflation. Pour combler son déficit, Bruxelles invite la France à faire des économies au niveau de la sécurité sociale qui représente 50% du total des dépenses et 26% du PIB en 2014. Autre demande : redresser rapidement le régime des retraites complémentaires du privé. Finalement, le système d’assurance chômage doit être renégocié en 2016.

"Ce sont des recommandations qui sont très positives, (qui) reconnaissent tous les efforts que nous faisons, les résultats qui sont les nôtres, et en même temps elles nous encouragent à faire ce que nous avons décidé que nous ferions, des réformes qui sont utiles pour la France, réduire nos déficits", s’est félicité le ministre des Finances.

La France n’est donc plus le vilain petit canard de Bruxelles. Ce sont maintenant des pays comme la Finlande qui sont visés. 

Lu sur le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !