Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L'Union européenne mobilise 1,7 milliard d'euros pour gérer la crise des migrants
©REUTERS/ Yagiz Karahan

La réponse de l'UE

L'Union européenne mobilise 1,7 milliard d'euros pour gérer la crise des migrants

La Commission européenne devrait ouvrir "dans les prochains jours" des hotspots (des centres d'accueil pour migrants) en Grèce et en Italie.

Quelques heures après la signature d'un accord sur la répartition de 160 000 migrants par les ministres de l'Intérieur Européens, les 28 chefs d'Etat de l'UE ont convenu le 23 septembre dernier, de mobiliser 1,7 milliard d’euros supplémentaires en 2015 et 2016, pour les agences de l’ONU venant en aide aux réfugiés syriens en Turquie, au Liban et en Jordanie. Selon Donald Tusk, le président du Conseil européen Donald Tusk, cette enveloppe substituée au budget européen sera destinées au Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR) et au Programme alimentaire mondial (PAM). Elle devrait servir à maintenir les réfugiés syriens près de leur pays et ainsi, diminuer l'afflux de migrants en Europe. La France devrait y participer à hauteur de 100 millions d'euros. Le président du Conseil européen Donald Tusk a également insisté sur les besoins financiers du PAM qui faute de moyens, a dû restreindre sa distribution de nourriture et appelé les pays européens à faire un geste. 

Des hotspots en Grèce et en Italie

Selon la commissaire européenne au Budget, Kristalina Georgieva, cette somme supplémentaire porterait à 9,2 milliards d'euros les fonds mobilisés par l'Union européenne d'ici 2016. Il a également été convenu que la Commission européenne ouvre "dans les prochains jours" des hotspots (des centres d'accueil pour migrants) en Grèce et en Italie, "afin de s'assurer que ceux qui arrivent en Europe sont rapidement enregistrés, que leurs empreintes digitales sont prises, et qu'on puisse faire une sélection rapide entre ceux qui restent et ceux qui ne peuvent rester", a expliqué Frans Timmermans, le vice-président de la Commission. 

Lu sur France tv Infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !