L'OCDE pointe du doigt le nombre de jours d'école particulièrement faible dans les classes de primaires françaises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L'OCDE pointe du doigt le nombre de jours d'école particulièrement faible dans les classes de primaires françaises
©

Bonnet d'âne

L'OCDE pointe du doigt le nombre de jours d'école particulièrement faible dans les classes de primaires françaises

Dans son étude annuelle "Regards sur l'éducation", l'organisme souligne plusieurs problèmes du système éducatif français.

Ce n'est pas un rapport au vitriol, mais l'OCDE a dressé un état des lieux plutôt sombre du système éducatif français dans Regards sur l'éducation, qui compare les systèmes éducatifs de 35 pays membres de l'organisation. Selon ce texte, le nombre moyen de jours d'école par an dans l'enseignement primaire français sur l'année scolaire 2016-2017 était de 162 jours, "soit le plus bas de tous les pays de l'OCDE". L'organisme regrette donc d'autant plus le retour aux semaines de quatre jours dans nombre d'écoles, qui devrait accroitre le problème.

La France se distingue aussi par un volume d'heures de classe au primaire largement supérieur à la moyenne européenne (864 heures par an en France, contre 776 en Europe). "Avec moins de jours de classes, plus d'heures, on a en France des journées de classe très concentrées". Par ailleurs, l'OCDE observe également que la taille des classes en France est en moyenne "plus importante que dans les pays de l'OCDE", à la fois dans l'enseignement primaire et au collège (23 élèves en primaire et 25 au collège contre respectivement 21 et 23 pour la moyenne des pays de l'OCDE.

Toutefois, l'OCDE a estimé que "les efforts" en matière d'éducation du gouvernement actuel, comme ceux du précédent, "vont dans le bon sens", avec la priorité donnée au primaire, notamment la volonté d'instaurer un plafond de 12 élèves dans les classes de CP et CE1 des quartiers défavorisés. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !