Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La vidéo aurait été tournée dans la ville de Hawija, en Irak.
La vidéo aurait été tournée dans la ville de Hawija, en Irak.
©Reuters

Humiliation

L'Etat islamique publie une vidéo de combattants kurdes prisonniers dans des cages

Si aucune menace explicite contre la vie des otages n'est formulée clairement dans la vidéo, ces derniers y apparaissent agenouillés et gardés par des hommes armés.

L'Etat islamique a publié dimanche 22 février une vidéo dans laquelle plusieurs individus présentés comme des combattants kurdes sont exposés dans des cages.

Si aucune information n'a été apportée quant au lieu ni à la date de tournage de cette vidéo, plusieurs sources assurent que celle-ci a été réalisée en Irak pendant le mois de février sur le marché de Hawija, à 50 kilomètres de Kirkouk. Le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE) estime pour sa part que la mise en scène de cette vidéo comporte des similitudes avec celle du pilote jordanien récemment brûlé vif dans une cage. 

La vingtaine d'otages visibles sur cette vidéo sont vêtus d'une tenue orange et baissent la tête alors qu'ils sont emmenés vers des cages gardées par des combattants armés de l'Etat islamique. Parmi ces otages, 16 se présentent comme des peshmergas, deux comme des officiers de l'armé irakienne, et trois comme des policiers de Kirkouk (à 240 kilomètres de Bagdad).

Les peshmergas sont ensuite appelés à cesser leur combat contre l'Etat islamique par un homme barbu vêtu d'un turban blanc. Une fois enfermés dans des cages, les prisonniers kurdes sont ensuite exposés à la foule sur un pick-up à travers la ville. Si aucune menace explicite contre la vie des otages n'est formulée clairement dans la vidéo, ces derniers y apparaissent agenouillés et gardés par des hommes armés.

Lu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !