Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
40% des revenus de l’EI sont issus du pétrole, 40% proviennent des impôts ou des extorsions, et 20% proviennent de trafic d'antiquités volées et de donations.
40% des revenus de l’EI sont issus du pétrole, 40% proviennent des impôts ou des extorsions, et 20% proviennent de trafic d'antiquités volées et de donations.
©Reuters

Terrorisme

L'Etat islamique gagne 20 millions de dollars par mois en spéculant sur les marchés des devises

En décembre 2015, la banque centrale d'Irak a interdit à 142 organisations de tenir des enchères de devises qui, selon les Etats-Unis, étaient utilisées par l'Etat islamique pour obtenir des espèces.

Selon les dernières estimations communiquées par une sous-commission britannique des affaires étrangères, et relayées par le quotidien "The Telegraph", l'organisation terroriste Etat islamique spécule activement sur les marchés des devises, et engrange ainsi 20 millions de dollars par mois, ce qui avoisine le quart de ses ressources mensuelles. 

D'après John Baron, le président de cette commission, environ 40% des revenus de l’Etat islamique sont issus du pétrole, 40% proviennent des impôts ou des extorsions, et 20% proviennent de trafic d'antiquités volées et de donations. Le total de ces différentes sources de revenus représente près de 80 millions de dollars chaque mois. 

"D’après les informations qui nous ont été transmises, nous sous-estimons grossièrement les bénéfices et intérêts que Daech gagne grâce à l’argent qu’il a dérobé", ajoute John Baron. 

En décembre 2015, la banque centrale d'Irak a interdit à 142 organisations de tenir des enchères de devises qui, selon les Etats-Unis, étaient utilisées par l'Etat islamique pour obtenir des espèces.

L'un des responsables du ministère britannique des Affaires étrangères, Tobias Ellwood, a quant à lui expliqué que le système financier des pays du Proche-Orient présentait certaines failles que l'Etat islamique ne manque pas d'exploiter. Tobias Ellwood assure toutefois que les employés des banques ne sont pas nécessairement informés des transactions liées au terrorisme. 

>>>> à lire aussi : Trafic de pétrole de l'Etat islamique : Erdogan et sa famille impliqués ? Le président de la Turquie dément

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !