Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Nouvel eldorado

L'Etat islamique en pleine crise migratoire vers la Libye

Devenu la cible principale des autorités françaises, américaines et russes, l'Etat islamique a décidé de déménager ses quartiers en Libye.

L'Etat islamique est-il en pleine crise migratoire ? Le groupe terroriste à l'origine du déplacement de millions de Syriens et Irakiens, serait lui aussi en pleine migration depuis le début des bombardements russes. Plusieurs milliers de combattants de l'organisation djihadistes auraient en effet gagné la Libye, où la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 a laissé le chaos s'installer et un accès pratiquement libre pour le groupe terroriste. "Ce terrorisme, cette idéologie totalitaire, mute en permanence", déclarait Manuel Valls ce mardi matin au micro d'Europe 1. "Aujourd’hui sans doute, des combattants qui sont en Syrie et en Irak vont en Libye". "Le risque terroriste va durer, pas uniquement à cause de ce qui se passe en Syrie et en Irak, mais parce qu’il y a la situation en Libye, en Afrique de l’Ouest", a ajouté le Premier ministre.

A LIRE AUSSI - Derrière l’omniprésence de la Syrie sur nos écrans radars, la Libye, l’autre menace tout aussi grave pour notre sécurité

Selon Kader Abderrahim, chercheur à l’Iris et spécialiste du Maghreb, contacté par Metronews, "à la suite des élections en juillet 2012, le pays est tombé dans un trou noir, à cause des tensions au sein du gouvernement de transition. Cela a provoqué la dislocation du Parlement et du gouvernement. Aujourd’hui, de fait, la Libye se retrouve avec deux gouvernements : l’un à Tripoli, l’autre à Tobrouk, qui sont sur des positions irréconciliables. Il n’y a pas de dialogue entre eux." D'après les estimations du chef de la diplomatie libyenne,  le nombre de djihadistes présents sur le sol libyen varirait "entre 4.000 et 5.000"

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !