Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'Australie cède devant l'insistance de la société civile et décide d'accueillir 12 000 migrants
©Reuters

Une main tendue

L'Australie cède devant l'insistance de la société civile et décide d'accueillir 12 000 migrants

Alors que la politique d'asile de l'Australie est connue pour être sévère et inflexible, le premier ministre a annoncé que le pays accueillerait 12 000 réfugiés au cours des prochains mois.

Face à la crise migratoire et à l'émotion suscitée chez les sociétés civiles, le gouvernement australien, appliquant d'ordinaire une politique d'asile très sévère, a annoncé qu'il accueillerait 12 000 migrants. Le premier ministre conservateur Tony Abbott, élu sur sa promesse de justement repousser les migrants des eaux australiennes, a cédé devant les différents ressemblants organisés dans plusieurs grandes villes du pays après la diffusion de la photo du petit Aylan Kurdi.

Selon The Australian, "d’ici Noël, des réfugiés venant de camps situés au Liban, en Jordanie et en Turquie commenceront à arriver en Australie, dans le cadre du programme du gouvernement pour la réinstallation de ressortissants syriens, chiffré à 700 millions de dollars australiens (440 millions d’euros).” L'accueil de ces 12 000 migrants s'ajoute aux quelques 13 500 autres accueillis chaque année en Australie et ne changera en rien la politique d'asile mise en place par le pays. Ces derniers bénéficieront cependant d'une "protection permanente" et pourront rester en Australie une fois les conflits terminés, à la différence des milliers de Kosovars accueillis en 1999, qui avaient été obligés de rentrer au Kosovo après la guerre.

L'armée australienne interviendra en Syrie dans le prochains jours

Abbott a également indiqué que 44 millions de dollars, soit 27 millions d'euros, seraient consacrés aux réfugiés vivant dans des camps au Liban ou en Turquie et que les frappes aériennes menées en Irak par l'armée australienne s'étendraient jusqu'en Syrie. "Détruire ce culte de la mort est crucial, pas seulement pour résoudre la crise humanitaire au Proche-Orient, mais aussi pour anéantir la menace qui pèse sur l'Australie et le reste du monde", a déclaré Tony Abbott. Et d'ajouter : "Avec ces frappes contre Daech (l'EI) en Syrie, nous exerçons notre droit collectif à l'autodéfense dans le cadre de l'article 51 de la Charte des Nations unies".

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !