Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©SAUL LOEB / AFP

Believe it or not

L'audience de Christine Blasey Ford ne devrait pas faire tomber Kavanaugh

Celle qui accuse le potentiel futur juge de la Cour suprême des Etats-Unis a livré son témoignage mais n'a pu que persuader son auditoire.

Le témoignage de Christine Blasey Ford ne devrait pas être suffisant. Son récit est pourtant terrible : "Kavanaugh était allongé sur moi, il a essayé d'arracher mes vêtements. J'ai crié. Il a mis sa main sur ma bouche. J'ai cru qu'il allait me tuer accidentellement. Il était saoul et riait. J'ai réussi à m'échapper." Mais il n'est pas appuyé par des preuves, ou d'autres témoignages corroborant sa version des faits. L'ancienneté de l'agression potentielle (dans les années 80) disqualifie de fait le témoignage de la plaignante. Le Dr Christine Blasey Ford a cependant affirmé à plusieurs reprises lors de l'audience qu'elle était absolument certaine de l'identité de son agresseur. 

Elle s'est cependant défendue de vouloir s'immiscer dans la politique par sa plainte : "ça n'est pas à moi de dire si Brett Kavanaugh est qualifié ou non pour être nommé à la Cour Supreme, mais c'est mon devoir de dire la vérité", même si elle a reconnu que sa décision de est venue après l'annonce de la possible nomination à la Cour suprême du juge : "En juillet 2018, j'ai entendu que Brett Kavanaugh était en bonne position pour être nommé à la Cour Supreme. J'ai pensé qu'il était de mon devoir de faire savoir ce qui était arrivé. J'ai écrit au Sénateur Feinstein mais en lui demandant de garder mon identité confidentielle". 

Cependant, malgré le fait que plusieurs sénateurs ont souligné la "crédibilité" du témoignage et même affirmé, reprennant la tribune du Washington Post, qu'il la "croyait", l'absence de preuve tangible était connue dès le début de l'audience, et la rendait vouée à l'échec. Reste à savoir quel impact cette audience très médiatisée aura sur la population américaine. La Maison Blanche n'a pour l'instant par réagi. Mais les Républicains, dont le Sénateur Lindsey Graham, ont dénoncé une "embuscade" des Démocrates à quelques semaines des élections de mi-mandat. 

Le Juge Cavanaugh s'est montré plus offensif et quand à lui dénoncé un "coup monté", une "tentative d'assassinat politique grotesque et coordonnée". Il affirme qu'il ne nie pas que la plaignante ait pu être victime dans cette affaire, mais réfute sa déclaration selon lequel se serait lui qui aurait tenté de la violer. Il n'était pas à cette fête selon lui. Il affirme ne pas retirer sa candidature à la Cour suprême. Il dénonce l'affaire, considérant que sa réputation a été "détruite à jamais". Revenant sur sa jeunesse, le juge Kavanaugh est devenu beaucoup plus émotif se décrivant comme "vierge" et "timide". 

Entre Cavanaugh et Blasey Ford, un des deux ment. L'Amérique est divisée sur ce point, mais la justice devrait trancher en faveur de l'accusé, faute de preuve. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !