Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©DR / Facebook / SOS Chrétiens d'Orient

Vive inquiétude

L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak

Quatre collaborateurs (trois Français et un Irakien) d'une ONG française sont portés disparus depuis lundi à Bagdad. L’association SOS Chrétiens d'Orient a communiqué cette information ce vendredi.

Trois Français et un Irakien ont disparu à Bagdad depuis lundi. Cette information a été communiquée par l’association française SOS Chrétiens d’Orient ce 24 janvier. Les quatre hommes sont les collaborateurs de cette organisation humanitaire française. 

Cette association travaille à Bagdad et dans tout le pays. 

Benjamin Blanchard, le directeur général de l'ONG, s’est exprimé ce vendredi lors d’une conférence de presse. Les quatre hommes ont "disparu aux alentours de l'ambassade de France. […] Aucune demande de rançon" n'a été faite.

Selon un communiqué diffusé par SOS Chrétiens d’Orient,  "ces collaborateurs s’étaient rendus à Bagdad pour réaliser un certain nombre de formalités administratives : renouveler leurs visas et poursuivre la procédure d’enregistrement de l’association auprès des autorités irakiennes. Ils devaient par ailleurs faire un suivi des opérations de l’association en Irak, dont l’ouverture d’une nouvelle école. […] Nous précisons que cette mission avait été organisée en parfaite coordination avec les autorités consulaires françaises en Irak. Nos collaborateurs résidaient tous dans un hôtel qui fait partie des établissements qui reçoivent régulièrement du personnel international et suivaient un protocole de sécurité adapté à la région".

Les autorités françaises et irakiennes se coordonnent dans le cadre de l’enquête.  

La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !