Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Mortelle

Krokodil, la nouvelle drogue russe à l'assaut de l'Europe

Trois fois moins chère et dix fois plus puissante que l'héroïne, elle ronge la peau de ses consommateurs et tue en deux ans.

Elle a déjà ravagé la Russie, et elle débarque en Europe. The Local rapporte les inquiétudes des autorités de la ville de Bochum en Allemagne (ouest), qui viennent de découvrir quatre sans-abris présentant les dangereux symptômes associés à la consommation de désomorphine, une drogue surnommée "Krokodil".

Egalement orthographiée "Crocodile", il s'agit d'un substitut à l'héroïne très prisé par les Russes depuis une dizaine d'années, puisque pour les mêmes effets, elle coûte trois fois moins cher ! Seul bémol : l'extrême dangerosité de ses effets secondaires.

En raison des nombreuses impuretés présentes dans sa composition, elle attaque violemment les tissus de la peau. On comprend mieux son petit surnom : à l'endroit de l'injection, la peau prend une teinte verte et écailleuse, et est progressivement rongée par des composants acides (attention, images choquantes). Résultat : amputations et gangrènes sont fréquentes, et l'espérance de vie de ses utilisateurs réguliers réduites à deux ans maximum.

Si les effets sont aussi terribles, comment expliquer que 100.000 Russes y soient aujourd'hui addicts ? Bien souvent, comme dans le cas des sans-abris allemands, les consommateurs pensent prendre de l'héroïne, et s'aperçoivent trop tard de la méprise. Et contrairement à sa fameuse cousine, le Krokodil tue trop vite pour qu'un traitement puisse être mis en place.

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !