Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©Reuters

Amazone

Irak : une unité composée exclusivement de femmes combat l'Etat islamique

Composée intégralement de femmes yézidies, une unité peshmerga combat l'Etat Islamique sur le front irakien.

Face à la multiplication des massacres de la population yézidie, des femmes de cette ethnie ont commencé à prendre les armes, dès 2014, pour résister aux offensives de l'Etat islamique. Persécutés massivement, les Yézidis ont énormément souffert depuis le début du conflit, et la réaction spontanée de ces femmes symbolisait alors le courage du désespoir. Mais avec l'entrée en jeu de la Russie et de l'OTAN, les choses ont évolué, et leur combat s'est structuré.

Aujourd'hui, ces combattantes ont intégré les rangs des Peshmargas, rapporte Reuters. Au sein des forces kurdes, très présentes sur le front au nord de l'Irak et de la Syrie, elles se battent pour venger les meurtres, viols et rapts proférés sur leurs familles. Leur unité, composée d'une trentaine de femmes, porte ainsi l'espoir sincère de renverser la spirale de persécution dans laquelle leur peuple se trouve plongée depuis des années.

Nauzad, l'une d'entre elles, témoigne : "si un homme peut porter une arme, une femme peut faire de même […] Les hommes sont incités à se battre plus durement quand ils voient une femme se tenant à leurs côtés sur le même champ de bataille." De plus, la combattante affirme que les guerriers de l'Etat islamique sont effrayées par leur unité, " car ils croient que s'ils sont tués par une femme, ils n'iront pas au paradis." Plein de raisons pour compter sur ces bataillons spéciaux sur le terrain.

Dans une société où la femme a un rôle bien distinct de celui de l'homme, de tels combats pourraient avoir un autre effet à plus long terme. De la même façon que ce qu'on avait pu observer en France, quand les femmes avaient pris part activement à l'effort de guerre en 14-18, les femmes yézidies pourraient trouver une autre place dans leur société... Mais les combattantes ne pensent pas encore trop à cela. Aujourd'hui, elles espèrent juste que leur histoire motivera plus de femmes à rejoindre leur lutte.

Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !