Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Inde : les gros billets de banque ne vaudront plus rien à minuit ce soir, annonce Narendra Modi
©

Coup de poing

Inde : les gros billets de banque ne vaudront plus rien à minuit ce soir, annonce Narendra Modi

Le gouvernement indien annonce une série de mesures pour lutter contre l'économie souterraine.

En Inde, les billets de 1000 et 500 roupies (soit environ 14 euros et 7 euros respectivement) n'auront plus valeur de monnaie légale à partir de minuit ce soir. C'est ce que vient d'annoncer le Premier ministre Narendra Modi à la télévision, lors d'une annonce de 40 minutes, en hindi puis en anglais. Les billets deviendront "juste des bouts de papier sans valeur", a-t-il déclaré. Les autres billets garderont leur valeur. 

La mesure est une partie d'une série de mesures destinées à lutter contre le phénomène de l'"argent noir" ou de l'argent obtenu du marché noir et de l'économie grise, qui est considérée comme gigantesque en Inde, où la corruption est endémique et où le code fiscal est extrêmement complexe. Le Bureau central d'enquête indien estime à 500 milliards de dollars la valeur de l'économie grise. 

Narendra Modi a aussi annoncé d'autres mesures : les retraits aux distributeurs bancaires seront limités à 2000 roupies par jour, et les retraits de comptes en banque à 10 000 roupies par jour et 20 000 roupies par semaine. Les banques seront fermées demain 9 novembre et les distributeurs de billets seront bloqués demain et après demain. 

De nouveaux billets de 500 et 1 000 roupies seront introduits à une date ultérieure. Les citoyens pourront encore déposer leurs billets dans des banques et bureaux de poste jusqu'au 30 décembre, mais les billets n'auront plus de valeur monétaire. C'est donc un énorme coup de poing contre l'économie souterraine que tape le gouvernement indien. 

Lu sur The Economic Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !