Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©GEORGE OURFALIAN / AFP

Guerre en Syrie

Idlib : d'après Moscou les rebelles préparent la "mise en scène" d'une attaque chimique

Moscou accuse rebelles syriens et médias occidentaux de préparer la mise en scène d'une fausse attaque chimique.

Moscou a, aujourd'hui, accusé les rebelles syriens et les médias occidentaux de préparer la mise en scène d'une fausse attaque chimique. Attaque chimique qui aurait lieu dans la région d'Idlib -dernier bastion rebelle en Syrie- et serait ensuite attribué au régime de Bachar al-Assad. Depuis 2011 et le début de la guerre syrienne, les gouvernements occidentaux ont déjà reproché à plusieurs reprises, à Bachar al-Asad, d'avoir employé des armes chimiques sur son peuple. Des accusations qui ont été réfutées à la fois par le dirigeant syrien et par son allié russe.

Citant des témoignages de populations locales, le ministère russe de la Défense assure détenir la preuve que des équipes de télévisions moyen-orientales ainsi que "la branche régionale d'une importante chaîne américaine d'informations" sont présentes à quelques kilomètres d'Idlib. D'après Moscou la raison de leur venue serait simple : tourner "une provocation mise en scène pour montrer soi-disant l'armée syrienne mener une attaque chimique contre des civils".

Qui est à l'oeuvre dans ce "scénario" raconté par l'armée russe ? Des Casques blancs syriens qui "viendront en aide aux habitant de Jisr al-Chogour" (près d'Idlib), soi-disant victime d'une attaque au chlore. La semaine dernière, des militaires russes avaient déjà affirmer qu'un accord avait été passé entre des Casques blancs syriens et un groupe djihadiste local. Accord qui portait, d'après eux, sur la mise-en-scène d'une attaque à l'arme chimique. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !