Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban.
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban.
©Reuters

Grands remèdes

Hongrie : la barrière anti-migrants achevée avant le 31 août

Le Premier ministre hongrois a assuré samedi que le pays achèvera d'ici au 31 août l'installation d'une barrière sur sa frontière avec la Serbie.

La construction d'une barrière sur la frontière entre la Hongrie et la Serbie sera achevée d’ici au 31 août, soit bien plus tôt prévu précédemment, a annoncé samedi 25 juillet le premier ministre hongrois, Viktor Orban. La semaine dernière les ministres de la Défense et de l'Intérieur hongrois avaient annoncé un achèvement des travaux en novembre.
 
Le pays avait annoncé en juin la construction de ce mur de quatre mètres de haut le long de sa frontière pour lutter contre l’arrivée de migrants illégaux. "L'immigration est l’un des principaux problèmes de l'Union européenne. Les Etats membres de l'UE sont en train de chercher des solutions mais la Hongrie ne peut plus attendre", avait alors déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto.
 
Ce samedi, Viktor Orban a assuré que "la barrière sera construite d’ici au 31 août, tous les autres délais ne sont pas valables". Il s'est exprimé au cours d’une université d’été à Baile Tusnad en Roumanie, selon l’agence de presse officielle hongroise MTI.
 
La barrière fera au total 175 kilomètres de long. Elle doit empêcher que les migrants et demandeurs d’asile puissent entrer en Hongrie, Etat membre de l’UE, d’où ils tentent ensuite de rejoindre d’autres pays de l’Union via l’Autriche et l’Allemagne. Cette année la Hongrie a déjà enregistré plus de 80 000 demandes d’asile, contre 43 000 sur l’ensemble de l’année 2014.
 
La barrière a suscité les réticences de la Commission européenne et choqué la Serbie. Mais selon Viktor Orban, "l’immigration illégale est liée au terrorisme et entraîne un accroissement de la criminalité, dont les viols, et du chômage. L’Europe doit rester aux Européens". 
 
"L'immigration est l’un des principaux problèmes de l'Union européenne. Les Etats membres de l'UE sont en train de chercher des solutions mais la Hongrie ne peut plus attendre", avait déclaré en juin é le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto.
Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !