Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Parmi les migrants arrivés en Grèce la semaine dernière, 82% viennent de Syrie, 14% d'Afghanistan, et 3% d'Irak.
Parmi les migrants arrivés en Grèce la semaine dernière, 82% viennent de Syrie, 14% d'Afghanistan, et 3% d'Irak.
©Reuters

Urgence

Grèce : 21 000 migrants sont arrivés dans le pays la semaine dernière

Au cours du seul mois de juillet, 50 242 arrivées ont été enregistrées au total, soit un chiffre plus important que tout le reste de l'année 2014.

Selon les chiffres annoncés ce mardi à Genève par le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés, 20 843 migrants sont arrivés en Grèce par la mer du 8 au 14 août. L'ONU, qui précise que ces migrants sont majoritairement syriens, appelle la Grèce à les accueillir avec le soutien de l'Union européenne. Le Haut Commissariat aux réfugiés note que "le rythme des arrivées ne fait qu'augmenter ces dernières semaines".

En effet, sur les 43 500 migrants arrivés en Grèce par voie maritime en 2014, 50% ont débarqué dans le pays la semaine dernière. Au cours du seul mois de juillet, 50 242 arrivées ont été enregistrées au total, soit un chiffre plus important que tout le reste de l'année 2014. Parmi les migrants arrivés en Grèce la semaine dernière, 82% viennent de Syrie, 14% d'Afghanistan, et 3% d'Irak. 

"Depuis des mois, le Haut Commissariat a lancé des avertissements concernant la crise grandissante des réfugiés sur les îles grecques" explique l'ONU, qui "recommande aux autorités grecques de mettre en place une structure unique chargée de coordonner la réponse d’urgence à cette crise" ainsi qu'un "mécanisme d’assistance humanitaire adéquat". La "grande majorité des ces arrivants devraient recevoir le statut de réfugiés" ajoute le Haut Commissariat de l'ONU.

 
Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !