Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Image d'illustration

Sales draps

Gérard Trémège, le maire UMP de Tarbes en garde à vue pour des faits présumés de prise illégale d'intérêt

Une information judiciaire a été ouverte contre X en septembre 2013, à Pau, au sujet de faits présumés de prise illégale d'intérêt et de recel, ainsi que "d'atteinte à l'égalité des candidats dans les marchés publics".

Gérard Trémège est en mauvaise posture. Le maire UMP de Tarbes a été placé ce mardi en garde à vue. Une perquisition a été lancée à son domicile. Selon une source proche du dossier, cela intervient dans le cadre d'une enquête sur des faits présumés de prise illégale d'intérêt sur fond de transactions immobilières.

Les agences de presse indiquent aussi qu'une "information judiciaire a été ouverte contre X en septembre 2013, à Pau, au sujet de faits présumés de prise illégale d'intérêt et de recel, ainsi que d'atteinte à l'égalité des candidats dans les marchés publics (favoritisme)". 

L'octroi de marchés publics par la mairie de Tarbes intéresse notamment le juge. L'achat et la revente de terrains par la municipalité sont aussi dans le viseur. En mars 2015, six personnes avaient été placées en garde à vue à la gendarmerie de Tarbes dans cette enquête, dont deux chefs de service de la municipalité. Le maire de Tarbes estime qu'il n'a rien à se reprocher dans cette affaire. Gérard Trémège crie au complot politicien visant à porter atteinte à son image d'intégrité. En disant cela, il visait le socialiste Jean Glavany, son adversaire de toujours.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !