Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
©BERTRAND GUAY / AFP

La poussière sous le Tapie

France Inter vivement critiqué par la SDJ après l'interview de Bernard Tapie

La Société des journalistes de Radio France a jugé l'interview menée par Léa Salamé trop complaisante.

Mercredi dernier, Bernard Tapie était l'invité de la matinale de Léa Salamé sur la radio France Inter. Une interview au cours de laquelle de nombreux thèmes ont été évoqués, tels que son cancer, Emmanuel Macron ou encore l'ISF. Cependant, aucune question n'a été posée sur les 404 millions d'euros que l'ancien homme d'affaires doit au fisc et qu'il n'a toujours pas commencé à rembourser. 

Un détail qui n'a pas du tout plu à la Société des journalistes (SDJ) de Radio France qui a envoyé un communiqué en interne pour se plaindre de cette interview. Communiqué que L'Obs a fait paraître hier soir : « Ce qui n'est pas journalistique, c'est de l'interroger (Bernard Tapie) pendant onze minutes sur les gilets jaunes, la politique, sa santé... sans mentionner une seule fois qu'il a été définitivement condamné il y a plus d'un an à rembourser à l'Etat 400 millions d'euros et n'en a pas versé un centime, critique la SDJ. C'est d'autant plus incompréhensible que la rédaction de France Inter a suivi scrupuleusement les étapes de ce feuilleton judiciaire. Mais l'équipe "programme" de la matinale écoute-t-elle les sujets de la rédaction ? »

Selon L'Express, un deuxième message a été envoyé dans la foulée du communiqué qui a provoqué énormément d'agitation. La SDJ déplore que le premier message ait été diffusé à l'extérieur de Radio France. « C'était un message interne, qui concernait les relations entre la rédaction et les équipes de la matinale. À aucun moment ce message ne visait personnellement Léa Salamé, dont nous apprécions le travail, l'investissement et l'attachement à France Inter. Nous regrettons que ce communiqué ait pu blesser » a tenu à préciser la SDJ.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !