Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La réaction de François FIllon par rapport à Alep se faisait attendre.

Géopolitique

Fillon préfère la solution politique à une intervention militaire pour la Syrie

Plutôt que de s'"indigner", François Fillon propose de créer une initiative européenne pour mettre tout le monde autour de la table, y compris donc la Russie et Bachar el-Assad.

Après le sommet statutaire du PPE, le parti populaire européen rassemblant les partis de droite et de centre-droit en Europe, François Fillon a réagi dans un communiqué de presse à la situation à Alep, en Syrie qui avait été objet de discussion lors de ce sommet. "L'indignation est nécessaire mais elle n'a jamais sauvé une vie" écrit-il dans ce document.

Il y a nécessité d'après lui de faire le constat de l'échec de la diplomatie occidentale, et plus particulièrement de la diplomatie européenne.  

Il estime qu'il y a seulement deux solutions. La première serait une intervention militaire en Syrie "que seuls les Américains peuvent conduire" et qui, au vu du précédent irakien, n'apparaît pas comme une promesse de réussite. La deuxième alternative à laquelle François Fillon se rallie est celle d'une "initiative puissante, européenne, diplomatique pour mettre autour de la table toutes les personnes qui peuvent arrêter ce conflit sans exclusive". François Fillon intègre donc parmi ces pays la Russie et la Syrie de Bachar el-Assad puisqu'il est même précisé dans le communiqué "y compris ceux qui commettent des crimes aujourd'hui".

François Fillon a conclu son communiqué sur la responsabilité qui incombe aux Européens au regard de ce qui se passe en Syrie : " Les Européens ne sont pas responsables des crimes commis en Syrie, mais un jour, l’Histoire dira qu’ils sont coupables de n’avoir rien fait pour les en empêcher."

Le silence de François Fillon sur Alep jusqu'ici avait fait réagir dans la classe politique. Gérard Larcher avait donné sa réaction ce matin, au micro de RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !