Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Crédits Photo: APAS
APAS

Scandale

Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact

L'Abschlussprüferaufsichtsstelle (APAS) a donc transmis le dossier au procureur de Berlin pour qu'il engage d'éventuelles poursuites, tandis que EY conteste avoir commis la moindre faute

L'Allemand Wirecard fournisseur de services financiers qui revendiquait 300 000 entreprises clientes dans le monde a brutalement fait faillite, à la surprise générale, le 25 juin 2020, avec une dette de 3,2 milliards d'euros. Pourtant, dès 2019 une enquête du Financial Times (FT) révélait une série d'irrégularités. Cette fois, le Financial Times annonce que l'Abschlussprüferaufsichtsstelle (APAS) le régulateur allemand des sociétés d'audit a saisi le procureur de Berlin, considérant que l'un des quatre géants de l'audit dans le monde, Ernst & Young (EY, 300 000 employés) savait que l'audit des comptes de Wirecard qu'il a réalisé en 2017 était inexact.

Selon le FT, EY a audité Wirecard pendant plus d'une décennie jusqu'en 2019. L'APAS aurait constaté dans les documents à sa disposition qu'EY avait averti Wirecard fin mars 2017 que son audit des comptes comporterait des réserves. Quelques jours plus tard cependant, EY a changé d'avis. Le FT explique qu'Apas avait du mal à croire que ces problèmes aient pu être résolus en quelques jours, et a ainsi déclaré au procureur que l'audit sans réserve d'EY était donc «factuellement inexact».

Un porte-parole d'EY a réagit à ces accusations : «Nous contestons ces allégations qui découlent d'une lettre écrite par le régulateur allemand Apas au procureur de Berlin» refusant d'en dire plus à porpos d'une enquête en cours.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !