Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©Reuters

Inside man

Etats-Unis : le macabre et douteux business des "courtiers d'organes"

Des journalistes de Reuters ont pu avoir accès à des documents sur une industrie peu médiatisée.

Depuis la tête jusqu'aux jambes, en passant par le foie ou les ongles... les révélations font froid dans le dos. Pendant plus d'un an, des journalistes de Reuters ont enquêté sur l'industrie des courtiers d'organes, spécialisé en ventes de parties du corps humain, un "business" très peu médiatisé et qui serait encore largement dérégulé aux Etats-Unis. Les reporters se sont intéressés à un centre basé à Phénix (qui a depuis fermé), le "Biological Resource Center".

Ils ont pu consulter des documents impliquant près de 3000 donneurs, documents qui révèlent quelles parties du corps humains sont prélevées, comment elles sont disséquées, où les acheter et à quel prix. Quelques exemples macabres : un foie d'un concierge d'école vendu 607$, le torse d'un cadre dans une banque acheté par un institut médical suisse pour plus de 3000 dollars ou encore les jambes d'un syndicalistes vendues 350$ l'unité…

Le centre de Phénix aurait également vendu plusieurs organes à l'armée américaine, pour des expérimentations scientifiques.  L'article de Reuters évoque aussi le cas de Robert Louis DeRosier, un ancien employé de casino, mort après une longue lutte contre le diabète. Comme l'assure sa veuve, l'homme avait donné son corps dans l'espoir de faire progresser la recherche contre le diabète.  Cette industrie profiterait notamment de la détresse de populations aux revenus très faibles, offrant de payer la crémation d'une certaine partie du corps, si le reste lui est donné gratuitement.  

 

Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !