Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
A la fin du mois de décembre, l'Espagne comptait 5 965 400 chômeurs, soit 187 300 de plus qu'au trimestre précédent. |

Chiffres effarants

Espagne : nouveau record du chômage qui dépasse les 26%

L'aggravation du chômage est particulièrement dramatique chez les jeunes, avec 55% des 16-24 ans sans emploi.

Les chiffres sont effroyables. En Espagne, l'année 2012 s'est achevée sur un nouveau record historique du chômage, à plus de 26% et 55% chez les jeunes, au moment où la récession s'aggrave dans le pays, soumis à une rigueur draconienne qui éloigne la reprise. A la fin du mois de décembre, l'Espagne comptait 5 965 400 chômeurs, soit 187 300 de plus qu'au trimestre précédent, a annoncé l'Institut national de la statistique. Les prévisions du gouvernement, qui tablait sur un taux à à 24,6 % pour la fin 2012, sont ainsi largement dépassées.

"C'est un taux très, très haut", souligne Soledad Pellon, analyste de la maison de courtage IG Markets, pour qui ce chiffre n'est toutefois "pas une surprise". "Nous nous attendons maintenant à ce que ce chiffre augmente durant 2013. Cette année ne va encore pas être une année de création d'emploi." Elle estime "très probable" un taux de 26,8% ou 26,9% cette année et aucune création d'emploi avant 2014.

L'aggravation du chômage est particulièrement dramatique chez les jeunes, avec 55,13% des 16-24 ans sans emploi, et dans certaines régions. L'Andalousie, dans le sud, à l'économie sinistrée depuis l'éclatement de la bulle de la construction en 2008, atteint ainsi un nouveau pic de 37,52%.

Afin de réduire son lourd déficit public, l'Espagne a lancé un vaste programme de rigueur visant à récupérer 150 milliards d'euros entre 2012 et 2014, dont 39 milliards en 2013, qui complique le retour à la croissance et à l'emploi. Selon la Banque d'Espagne, le produit intérieur brut (PIB) du pays pourrait se replier de 0,6% entre octobre et décembre, soit le recul le plus marqué sur un trimestre depuis plus de trois ans.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !