Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Erdogan à l'Europe : "vivez votre vie, nous vivons la nôtre"
©Reuters

Crispations à Ankara

Erdogan à l'Europe : "vivez votre vie, nous vivons la nôtre"

Sur fond de démission de son Premier ministre, le président de la Turquie a déclaré vendredi à l'Union européenne que son pays n'apporterait aucune modification à ses lois antiterroristes requises dans le cadre d'un accord pour lutter contre le flux de migrants.

Si la Turquie veut que ses ressortissants soient dispensés de l'utilisation d'un visa pour tout voyage intracommunautaire, l'Union européenne a enjoint au président Erdogan de revoir à la baisse sa définition du terrorisme.

Cette clause faisait partie de l'accord UE-Turquie sur la gestion du flux des migrants sur le Continent.

C'est non, répond Erdogan par voie de télévision vendredi :

"Alors que la Turquie est attaquée par des organisations terroristes et les puissances qui les soutiennent, l'Union européenne nous dit de changer nos lois sur le terrorisme", a déclaré le président turc.

"Vous [l'UE ] allez laisser les terroristes construire des tentes et leur fournir des opportunités au nom de la démocratie", a-t-il poursuivi.

"Ils [l'UE] disent 'je vais lever les visas, et voilà la condition'. Désolé, vivez votre vie, nous vivons la nôtre", a lancé Recep Tayyip Erdoğan dans son discours à la télévision turque.

Le futur ex-Premier ministre de la Turquie, Ahmet Davutoglu a annoncé jeudi qu'il quittait ses fonctions. C'est lui qui avait négocié l'accord sur les migrants avec l'Europe. Il quittera également ses fonctions à la tête du Parti présidentiel pour la justice et le développement (AKP) lors d'un congrès le 22 mai prochain.

A LIRE AUSSI : Retour de l'Empire ottoman : la Turquie d'Erdogan à l'assaut de l'Europe, des Kurdes et de la démocratie kemaliste

Lu sur la BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !