Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Ruissellement

Entre 2010-2017, les entreprises du CAC40 ont payé moins d'impôts malgré des bénéfices en hausse

Les bénéfices ont augmenté de 9,3 %. et le montant des impôts payés a reculé de 6,4 % sur cette période, selon un rapport d'Attac publié ce dimanche.

En pleine crise des Gilets jaunes, dont l'une des revendications principales était que "les gros payent gros et les petits payent petit", ce rapport d'Attac (l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne) et l’Observatoire des multinationales risque de faire jaser. Publié ce dimanche, il montre que sur la période 2010-2017, les bénéfices des entreprises du CAC40 ont augmenté de 9,3 % et les sommes versées aux actionnaires de 44 %, mais que le montant des impôts payés a reculé de 6,4 %. En outre, les emplois en France ont reculé de 20 %.

Uniquement sur l'année 2018, les actionnaires de ces entrepises (dont le chiffre d'affaires de 1 300 milliards d’euros représente environ la moitié du produit intérieur brut de la France) ont perçu un total de 57,4 milliards d’euros, ce qui représente 60% des profits.

Pour l'association Attac, cette orientation des bénéfices se fait au détriment de l’emploi, des salaires et de l’investissement, ce qui compromet "les capacités de l’économie française à financer la transition écologique et sociale". 

Le rapport souligne aussi que les émissions de CO2 des sites les plus polluants du pays ont augmenté de 5 % en 2017 et que ces émissions, notamment issues d’entreprises du CAC 40, échappent largement à la fiscalité carbone, et que les entreprises du CAC 40 ont plus de 2 500 filiales dans les paradis fiscaux, ce qui leur permet de payer moins d’impôts aujourd’hui qu’en 2010.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !