Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Le président Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron arrivent à une cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme au monument des Invalides à Paris le 11 mars 2021.
©THIBAULT CAMUS / POOL / AFP

Commémorations

Emmanuel Macron a rendu hommage aux victimes du terrorisme en France en ce jeudi 11 mars

Emmanuel Macron a salué la mémoire des victimes du terrorisme lors d’une cérémonie, ce jeudi 11 mars, avant de rencontrer, à Dammartin-en-Goële, l’imprimeur qui avait été retenu en otage par les frères Kouachi en 2015.

Suite aux contraintes de la pandémie, Emmanuel Macron a salué la mémoire des victimes du terrorisme en France en ce jeudi 11 mars, en présence d’une poignée de responsables politiques seulement, dont les anciens chefs de l’Etat, François Hollande et Nicolas Sarkozy.

Il s’agit de la deuxième Journée nationale consacrée aux victimes d’attentats, obtenue par les associations de victimes, et commémorée dans toute l’Europe. Aux Invalides, lieu symbolique où sont pris en charge la plupart des rescapés des attentats, le chef de l’État a présidé une cérémonie sobre, sans discours.

Une gerbe a été déposée et un temps de recueillement observé, avant la lecture d’un extrait du récit de Philippe Lançon, « Le lambeau » par Chloé Bertolus, chef du service de chirurgie maxillo-faciale à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, qui avait opéré la mâchoire du journaliste gravement blessé.

Après cette courte cérémonie, le président s’est rendu à l’imprimerie de Michel Catalano, l’entrepreneur de Dammartin-en-Goële pris en otage le 9 janvier 2015 par les frères Kouachi, lors de leur cavale après l’attaque de Charlie Hebdo.

En 2018, le chef de l’Etat avait annoncé la création d’un musée mémorial du terrorisme, prévu pour 2027 à Paris, et dont l’élaboration a été confiée à l’historien Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS.

Le terrorisme islamiste a tué 263 personnes en France depuis 2012.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !