Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Egypte : le chef de l'armée a rencontré des dirigeants islamistes pro-Morsi
©

Bras de fer

Egypte : le chef de l'armée a rencontré des dirigeants islamistes pro-Morsi

Le général Abdel Fattah al-Sissi, véritable homme fort du pays, a rencontré des dirigeants islamistes pour tenter de trouver une issue pacifique aux manifestations.

La crise égyptienne va-t-elle bientôt prendre fin ? Rien n'est moins sûr. Malgré la répression exercée par les militaires au pouvoir, les partisans du président déchu Mohamed Morsi sont déterminés. Dimanche matin, le Parti de la liberté et de la (PLJ), bras politique des Frères musulmans en Egypte, s'est dit engagé dans un processus de "légitimité qui stipule le retour du président, le rétablissement de la Constitution et de la chambre haute du Parlement (Choura)".

Dans la nuit de samedi à dimanche, le chef de l’armée et véritable homme fort du pays, le général Abdel Fattah al-Sissi, a rencontré des dirigeants islamistes pour tenter de trouver une issue pacifique aux manifestations. Le général Sissi, qui a destitué Morsi le 3 juillet, "a souligné qu’il y a encore des chances pour une solution pacifique à la crise à condition que toutes les parties rejettent les violences", a déclaré dans un communiqué le porte-parole de l’armée.

Samedi, un émissaire américain a eu des entretiens au Caire pour tenter de trouver une solution au bras de fer sanglant entre les partisans du président islamiste déchu et l’armée, rappelle le site des Echos. Mais le ballet diplomatique qui s’est joué ces derniers jours, mené essentiellement par des responsables européens et africains, n’a pour l’instant pas donné de résultats tangibles.

Depuis plus d’un mois, des milliers de partisans des Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi, occupent deux places du Caire et mènent quasi-quotidiennement des manifestations dans la capitale pour réclamer le retour du premier président élu démocratiquement, un an et demi après la révolte populaire qui a renversé Hosni Moubarak.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !