Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Aude GUERRUCCI / AFP

Reconversion

Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International

Selon des informations de L’Obs, Dominique Strauss-Kahn connaîtrait un franc succès dans le domaine des affaires. Sa société domiciliée au Maroc, Parnasse International, affichait près de 21 millions d’euros de bénéfices entre 2013 et 2018 et sans le moindre impôt.

Alors que le procès des époux Fillon va officiellement s’ouvrir ce mercredi, la rédaction de L’Obs s’est intéressée aux personnalités politiques dont le sort a été fortement impacté par les scandales judiciaires. Dans leur article, ils reviennent notamment sur le cas d DSK. Dominique Strauss-Kahn a repris des activités et connaît un franc succès. DSK est donc désormais à la tête de Parnasse International, un cabinet de conseil domicilié au Maroc.

D’après des données consultées par L’Obs auprès de la chambre de commerce de Casablanca, la société marocaine de DSK, Parnasse International, affichait près de 21 millions d’euros de bénéfices entre 2013 et 2018. Il n’aurait pas payé d’impôt sur cette somme jusqu’à 2018. L’ancien patron du FMI a en effet choisi d’installer sa société dans la zone franche de Casablanca au Maroc, où les sociétés ne payent pas de taxes les cinq années qui suivent leur installation, puis d'en payer à un taux très bas (pas plus de 9%).

DSK serait le seul employé et l’unique actionnaire de cette société. Il serait en mesure donc de se verser de confortables dividendes. Avec 5,3 millions d’euros de revenus en 2018, il gagnait plus que de nombreux patrons du CAC 40.

Depuis 2014, Dominique Strauss-Kahn a conseillé des dirigeants étrangers, notamment sur le continent africain comme au Togo, au Mali, au Niger ou encore en République démocratique du Congo. Dominique Strass-Kahn aurait également conseillé Rosneft, une société d'Etat russe que dirige un proche de Vladimir Poutine, Igor Setchine. DSK aurait aussi prospecté pendant au moins deux ans pour le groupe suisse Sicpa, le leader mondial des encres de sécurité, pour une somme totale de 80.000 euros de revenus par mois. 

Dominique Strauss-Kahn avait en revanche connu des difficultés il y a quelques années avec une autre société. Leyne Strauss-Kahn & Partners, montée avec l’homme d’affaires israélien Thierry Leyne en 2013, avait été un échec, avec 100 millions d’euros de dettes et 150 clients qui ont perdu de l’argent. Thierry Leyne s’était suicidé en octobre 2014 et une enquête a été ouverte et confiée à trois juges d’instruction suite à cette faillite. DSK est toujours poursuivi pour complicité d’escroquerie en bande organisée dans cette affaire.

Les accusations de viol de Naffisatou Diallo à New York, la poursuite pour complicité de proxénétisme à Lille ou encore l'affaire de la MNEF n'ont donc pas empêché DSK de faire des affaires.

Un documentaire sur la vie de Dominique Strauss-Kahn devrait aussi bientôt être accessible sur Netflix.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !