Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
En France, le produit a été retiré depuis le mois de juillet.
©Reuters

Dangereux

Deux Français ont perdu l'usage d'un œil à cause d'un médicament ophtalmologique allemand

La société allemande Alamedics Gmbh a répondu à ces accusations aujourd'hui, assurant que les cas de cécité évoqués résultaient de causes qui n'étaient pas encore "clarifiées".

Selon une information confirmée ce lundi par l'agence du médicament (ANSM), deux patients français ont chacun perdu l'usage d'un œil, à la suite d'une chirurgie nécessitant l'usage d'un produit ophtalmique fabriqué par la société allemande Alamedics Gmbh.

"Deux incidents ont été déclarés en France au mois de juillet 2015, avec pour conséquence une perte fonctionnelle de l'œil", explique l'ANSM, sollicitée afin de confirmer une information des médias espagnols. Ces derniers ont récemment affirmé que treize patients avaient perdu l'usage d'un œil à cause d'interventions chirurgicales qui requièrent l'utilisation du même produit suspect.

La société allemande Alamedics Gmbh a répondu à ces accusations aujourd'hui, assurant que les cas de cécité évoqués résultaient de causes qui n'étaient pas encore "clarifiées". 

"Au vu des informations disponibles, il n'a pas été possible de clarifier quelles causes pourraient avoir conduit aux effets constatés (…) des analyses ont établi la conformité des lots de produit Ala Octa dans tous les cas où des réclamations ont été adressées au fabricant" a déclaré la direction du groupe.

Le week-end dernier, l'agence espagnole du médicament et des produits de santé (Aemps) avait évoqué "41 cas de personnes affectées par l'usage du produit de chirurgie Ala Octa, retiré de la vente par le ministère espagnol de la Santé en juin". En France, le produit a été retiré depuis le mois de juillet. 

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !