Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Urgence

Dette américaine : Barack Obama appelle à un accord bi-partisan

Le temps presse selon le département du Budget qui prévoit des caisses vides à partir du 2 août.

[Mise à jour à 17h]

Barack Obama a lancé un appel, vendredi après-midi, aux parti démocrate et républicain. Dans une courte allocution, le président américain, a insisté sur la nécessité de trouver un accord bi-partisan pour rehausser le plafond de la dette américaine. « Nous travaillerons tout le week-end avec les démocrates et le républicains afin de trouver un accord » a déclaré Barack Obama.

Il est indispensable, selon le président des États-Unis, de " trouver une solution, n'importe laquelle, qui permette de résoudre le problème " car le projet de loi examiné par le Congrès n'a " aucune chance " d'être adopté.

Selon Barack Obama, les deux propositions, républicaine et démocrate, sont bonnes. "L'urgence, c'est de trouver un accord qui sera soutenu par les deux partis, et que je pourrai signer" au plus vite. "Cet accord est une première étape. La seconde consistera à débattre d'une réforme des impôts, débat pour lequel je suis prêt", a-t-il ajouté. " Il y a de nombreuses manières de sortir de cette crise. Mais nous sommes presque à cours de temps."

Il y a en effet urgence, car selon le département du Budget, les caisses seront vides à partir du 2 août.  

[Mise à jour le 29 juillet]

John Boeher, le président républicain de la Chambre des représentants, butte sur le lourd dossier de la dette américaine. Il ne parvient pas à rassembler les 218 voix républicaines nécessaires à la chambre basse pour faire passer son plan.

Faute de soutiens au sein de son propre camp, la parti républicain a renoncé à soumettre au vote un plan de réduction des déficits et de relèvement du plafond de la dette.

Kevin McCarthy, membre de la direction république, a déclaré jeudi " aucun vote ce soir." Une sentence qui tombe comme un couperet, selon Dan Pfeiffer, le directeur de la communication de la Maison Blanche. " C'est une blessure auto-infligée ", publie-t-il sur le réseau Twitter. 

Ce vendredi matin (16 heures, heure française), le camp républicain se réunira à nouveau pour tenter de trouver un terrain d'entente avant de proposer un plan au vote.

Lu sur l'Express.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !