Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Etat islamique

Des djihadistes français impliqués dans des crimes contre l'humanité contre des femmes yézidies

La Fédération internationale des droits de l'Homme démontre l'implication des djihadistes Français. Son avocat, Patrick Baudouin s'exprime au micro de France Inter.

La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) a démontré pour la première fois l'implication de djihadistes français dans l'esclavage et le viol de femmes yézidies au Kurdistan irakien entre 2014 et 2017.

L'ONG a publié un rapport à ce sujet intitulé " Crimes sexuels contre la communauté Yézidie : le rôle des jihadistes étrangers de Daech" qui a été consulté en avant-première par France Inter. Les enquêteurs de la FIDH ont interrogé l'année passée des survivantes qui ont pu s'enfuir ou qui ont été revendues à leur famille.  Parmi elles, cinq racontent avoir été victimes des djihadistes français. L'une d'elles, Salma, 26 ans, aurait été achetée par un Français pour "aider aux tâches ménagères, c'est ce qu'il disait à sa femme, mais il la violait en secret" rapporte France Inter. " Sa femme ne parlait pas un mot d'arabe, elle n'arrêtait pas de me demander ce que je faisais là, mais lui me disait de ne rien dire. Elle voulait que je parte, alors il m'a emmené loin de son foyer, dans une autre maison. Là-bas il m'a violé trois fois, après m'avoir menottée et bâillonnée" explique-t-elle dans le rapport.

Patrick Baudouin, avocat de la FIDH s'est exprimé au micro de France Inter et a invité la justice française à enquêter sur ces crimes : " Il faut que les autorités françaises et la justice française s'emparent de ce type de dossiers mettant en cause des jihadistes français pour aller sur le terrain des crimes de génocide et des crimes contre l'humanité".

 

Lu sur France Inter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !