Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le collagène peut être utilisé sous forme de crème ou d'injection.
Le collagène peut être utilisé sous forme de crème ou d'injection.
©Reuters

Made in China

Des cosmétiques fabriqués à partir de peau de cadavres de condamnés à mort chinois

Les produits à base de collagène ont été élaborés à partir de cadavres de condamnés : une pratique "traditionnelle", selon les employés.

Le quotidien anglais le Guardian a mené l'enquête. Et les découvertes sont incroyables. Selon le journal, une entreprise chinoise de fabrication de produits de beauté utilise de la peau humaine dan la composition de ses cosmétique. Comble de l'horreur : cette peau proviendrait de cadavres de condamnés à morts chinois. Et ces produits sont destinés au marché européen.

Cette entreprise fabrique du collagène, un des principes actifs courants des les produits anti-âge, utilisé pour les lèvres et le traitement des rides, et ce sont des employés de la firme qui ont reconnu la présence de peau extraite de corps de condamnés après leur exécution. Selon ces employés, ce genre de pratique est "traditionnelle" et "ne mérite pas que l'on en fasse tout un foin". Ils affirment que certains des produits ont été exportés entre autres au Royaume-Uni, mais rien ne prouve qu'il s'agit là des produits élaborés à base de cadavres.

En effet, ces produits pourraient être encore au stade de simples test, et ne sont pas nécessairement déjà commercialisés.

La Chine est réputée pour son manque d’éthique et de régulation dans la fonction de ses produits, qui a déjà été remarqué lors des affaires liée au plomb dans les jouets pour enfants. Cette fois, le problème est à la fois moral et sanitaire, puisque les restes de peau pourraient être responsables d'infections.

Malheureusement, la réglementation européenne évolue lentement et il ne faut pas attendre de réglementation permettant le contrôle de l'élaboration du collagène avant un certain temps, qu'il s'agisse de la fabrication des cosmétiques ou des injections de collagène. Un projet de loi est pour l'instant en préparation.

Les institutions sanitaires britanniques se sont saisies du problème, des membres du parlement vont examiner le processus de régulation, pourraient lancer une enquête et pourraient suggérer au gouvernement la nécessite d'effectuer des tests très rapidement.

Lu sur le Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !