Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
©GUILLAUME SOUVANT / AFP

Fin de l'accalmie

Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"

Depuis la fin du confinement, le nombre de mort sur les route a progressé par rapport à la même période l'an dernier.

L'accalmie a été de courte durée. Durant le confinement, du fait de la baisse de la circulation automobile, le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine avait fortement baissé par rapport à 2019 (avec -39,6% de morts en mars et -55,8% en avril). Depuis le déconfinement, c'est l'inverse : non seulement le nombre d'accident est reparti à la hausse par rapport aux mois de mars et avril, mais il a même dépassé les chiffres de la même période en 2019.

 Une campagne appelant à la prudence lors du déconfinement avait été lancée début mai. "Nos craintes semblaient fondées puisque les premiers chiffres remontant du terrain sont assez alarmants en termes de mortalité", déclare David Julliard, adjoint au délégué interministériel à la Sécurité routière, dans une interview au Parisien, vendredi 29 mai.

" Lors du pont de l'Ascension par exemple, il y a eu beaucoup d'accidents meurtriers et le nombre de morts a été plus important que l'an dernier à la même époque", explique-t-il.

Cette recrudescence peut être due à plusieurs facteurs, dont la météo. "Mais les constats faits par les forces de l'ordre sur le terrain, couplés aux infractions de vitesse relevées par les radars, nous laissent aussi à penser que le déconfinement s'est traduit par un accroissement des comportements à risque", estime David Julliard, qui note par exemple que le nombre de grands excès de vitesse (supérieurs à 50 km/h au-dessus de la limitation) a augmenté de 15% entre le 11 et le 27 mai par rapport à la même période en 2019. "On nous a aussi signalé une recrudescence des franchissements de feux rouges", dit-il.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !