Cyberattaque : les données de 4 millions de fonctionnaires américains piratées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Cyberattaque : les données de 4 millions de fonctionnaires américains piratées
©Reuters

Géant

Cyberattaque : les données de 4 millions de fonctionnaires américains piratées

Selon le Washington Post, cette attaque de grande ampleur aurait été perpétrée par des Chinois.

Voilà une cyberattaque qui ne passe pas inaperçue. Les données personnelles de quatre millions d'employés fédéraux auraient été piratées jeudi selon le Washington Post. L'information a été confirmée ce vendredi matin par le gouvernement américain qui pense que cette attaque a été perpétrée par des Chinois. Selon les autorités américaines relayées par plusieurs agences de presse, "cette "cyber-intrusion a été détectée en avril 2015 par l'Office of Personnel Management (OPM)".

Selon le Washington Post, "il s'agirait du deuxième piratage majeur de cette agence perpétré par la Chine". Dans un communiqué, l'OPM a indiqué que les personnes piratées seraient informées à partir du 8 juin, le temps que l'enquête prenne forme. En cas "de fraude et de vol d'identité" avéré, elle n'a pas exclu de proposer un million de dollars aux victimes de ce piratage. 

Toujours selon le journal, "l'objectif des pirates n'était pas immédiatement clair, entre vol d'identités et espionnage". Le FBI enquête sur cette affaire et va "prendre au sérieux toutes les attaques potentielles contre les systèmes du secteur public et privé". La directrice de l'OPM Katherine Archuleta a assuré prendre "très au sérieux notre responsabilité de sécuriser les informations stockées dans nos systèmes". L'an dernier, des pirates chinois s'étaient déjà introduits dans le réseau informatique de l'OPM et de deux sous-traitants.

L'annonce de cette attaque intervient le jour où le New York Times a rapporté que "l'administration Obama a donné à l'agence du renseignement des pouvoirs élargis pour surveiller les communications sur internet afin d'y repérer des pirates informatiques travaillant pour des gouvernements étrangers". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !