Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Selon la police hongroise, des gaz lacrymogènes ont été employés ce mercredi 26 août afin de disperser 200 migrants qui tentaient de passer la frontière à proximité du village de Roszke.
Selon la police hongroise, des gaz lacrymogènes ont été employés ce mercredi 26 août afin de disperser 200 migrants qui tentaient de passer la frontière à proximité du village de Roszke.
©Reuters

La goutte d'eau qui fait déborder le vase

Crise des migrants : la Hongrie mobilise 2100 policiers pour protéger sa frontière avec la Serbie

Le gouvernement conservateur de Viktor Orbán débordé par l'afflux de migrants va revoir son dispositif à la hausse afin de canaliser les migrants qui n'hésitent plus à employer la force pour pénétrer dans l'espace Schengen.

Le gouvernement conservateur de Viktor Orbán joue la carte de la fermeté face au problème des migrants. Selon le chef de la police hongroise Karolu Papp, plus de 2 100 policiers vont être envoyés à la frontière serbo-hongroise à partir du 5 septembre afin de contrôler le flux de migrants toujours plus conséquent. Ces forces s'ajouteront aux 1 000 policiers déjà mobilisées pour protéger la frontière. Selon un porte-parole de la police hongroise, des gaz lacrymogènes ont été employés ce mercredi 26 août afin de disperser 200 migrants qui tentaient de sauter une clôture à proximité du village de Roszke.

Les autorités du pays ont de plus en plus de mal à protéger l'espace Schengen car les migrants n'hésitent plus à employer la force en refusant de se soumettre à des prélèvements d'empreintes digitales selon la police. Lundi 24 août, plus de 2000 migrants sont ainsi entrés en Hongrie de manière illégale et les autorités craignent désormais que la route des Balkans devienne l'axe privilégié des passeurs de clandestins devant la Méditerranée. 

Ce même jour, près de 3 000 migrants tentaient de passer la frontière entre la Macédoine et la Serbie de façon illégale.Cette année, plus de 100 000 réfugiés se sont déjà présentés en Hongrie contre 43.000 pour toute l'année 2014. La crise des migrants a conduit le gouvernement conservateur de Viktor Orbán  à construire un mur de 175 kilomètres le long de sa frontière avec la Serbie. La construction de la barrière haute de 4 mètres n'est pas terminée mais déjà des voix s'élèvent pour mobilier les militaires hongrois afin de mieux la sécuriser.

Lu sur Lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !