Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ce lundi, le Premier ministre a annoncé la construction d'un campement pour accueillir 1500 migrants à Calais.
Ce lundi, le Premier ministre a annoncé la construction d'un campement pour accueillir 1500 migrants à Calais.
©Reuters

Accusation

Crise des migrants : "Manuel Valls est complice des passeurs" estime Rachida Dati

"Regardez bien les mesures annoncées, ce sont des mesures annoncées il y a deux mois par Jean-Claude Juncker" a lancé Rachida Dati.

Présente sur BFMTV lundi 31 août, l'ancienne ministre de la Justice a jugé très fermement le Premier ministre pour sa gestion de la crise humanitaire des migrants à Calais. N'hésitant pas à tutoyer plusieurs fois Manuel Valls, Rachida Dati l'a même appelé à se "mettre au boulot". "Fais le boulot mon gars, tu es au pouvoir" a-t-elle notamment lancé à l'intention de Manuel Valls.

Interrogée sur la situation d'urgence qui sévit actuellement à Calais, l'ancienne ministre de la Justice a condamné ce qu'elle considère comme un manquement de la part du Premier ministre sur un sujet particulièrement délicat. 

"Manuel Valls, on ne l'a pas entendu. Depuis près d'un an, voire même depuis le printemps arabe, il n'a rien dit (…) Regardez bien les mesures annoncées, ce sont des mesures annoncées il y a deux mois par Jean-Claude Juncker" a estimé Rachida Dati.

A propos de la construction dans les prochaines semaines d'un campement pour accueillir 1500 migrants dans la ville de Calais, l'élue des Républicains a dénoncé une mesure "irresponsable et inacceptable".

Redoutant un "appel d'air pour l'immigration", la maire du VIIe arrondissement de Paris accuse Manuel Valls de mettre "un toit sur la misère", mais surtout d'être "complice des passeurs". 

 

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !