Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Nous devons arrêter ce flot de migrants qui viennent en Europe, nous ne pouvons continuer avec les niveaux actuels" prévient le Premier ministre néerlandais.
"Nous devons arrêter ce flot de migrants qui viennent en Europe, nous ne pouvons continuer avec les niveaux actuels" prévient le Premier ministre néerlandais.
©Reuters

Avertissement

Crise des migrants : le Premier ministre néerlandais s'inquiète, selon lui l'UE risque de "s'écrouler" comme "l'Empire romain"

"L'Empire romain nous l'a montré et nous le savons tous, les grands empires s'écroulent si les frontières ne sont pas bien protégées" a déclaré Mark Rutte.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, cité par le Financial Times, estime que ‘’l'Europe risque de s'écrouler comme l'Empire romain à cause de la crise des migrants’’, alors que son pays s'apprête à prendre la présidence de l'UE au mois de janvier 2016. "La première étape, c'est s'assurer que les frontières soient contrôlées", a estimé Mark Rutte, cité jeudi 26 novembre au soir par le Financial Times : "L'Empire romain nous l'a montré et nous le savons tous, les grands empires s'écroulent si les frontières ne sont pas bien protégées." Poursuit-il.

S’adressant à quelques journalistes depuis Bruxelles, le Premier ministre a rappelé les priorités de son gouvernement, qui accorde à la crise des migrants une place centrale pour sa présidence du groupe des 28. "Nous devons arrêter ce flot de migrants qui viennent en Europe, nous ne pouvons continuer avec les niveaux actuels", a-t-il déclaré, cité par le quotidien en ligne EUObserver. 

M. Rutte affirme par ailleurs ne pas "être sûr" qu'un accord entre l'UE et le Royaume-Uni en vue d'éviter un "Brexit" pourrait être conclu avant 2016. "Quand je regarde ce que David Cameron a proposé, je me dis que certaines choses sont possibles, mais que d'autres vont être difficiles", a dit M. Rutte au quotidien britannique The Guardian. En effet, l’une des demandes les plus difficiles à combler pour la Commission européenne est la suppression des aides sociales pour les migrants européens lors de leurs quatre premières années en Grande-Bretagne.

 
Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !