Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Cette décision a été prise le 31 mars dernier lors d'un entretien avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.
Cette décision a été prise le 31 mars dernier lors d'un entretien avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.
©Reuters

Flux migratoire

Crise des migrants : le camp de Grande-Synthe sera financé par l'Etat

"Il y a une estimation du coût entre 3,5 et 4 millions par an, mais un mois de fonctionnement va permettre d’affiner" le montant, a expliqué le maire de Grande-Synthe lors d'une conférence de presse.

Selon les déclarations de David Carême, le maire écologiste de Grande-Synthe (Nord), les dépenses de fonctionnement du camp de réfugiés qui se trouve dans sa ville seront en grande partie financées par l'Etat. 

Si la construction de ce camp de réfugiés avait été entreprise sans son accord, l'Etat assurera "le présence d’un encadrement 24 heures sur 24, le gardiennage, le nettoyage des sanitaires, la médiation sociale, la sécurité". 

"Il y a une estimation du coût entre 3,5 et 4 millions par an, mais un mois de fonctionnement va permettre d’affiner" le montant, a expliqué David Carême lors d'une conférence de presse, avant de préciser que cette décision a été prise le 31 mars dernier lors d'un entretien avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. 

Cependant, le financement d’environ 3 millions d’euros venant de l’association Médecins sans frontières (MSF) et de la communauté des communes, ne devrait pas être assuré par l’Etat. Jean-François Cordet, préfet du Nord, avait indiqué mi-février que "la politique de l’Etat n’est pas de reconstituer un camp à Grande-Synthe, mais bien de le faire disparaître", rappelle le quotidien "Les Echos". 

>>>> À lire aussi : à quoi ressemblerait le sommet Europe Turquie sur les migrants si l’Union européenne n’existait plus ?

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !