Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: CHARLY TRIBALLEAU / POOL / AFP

Volte-face

Crash du Boeing ukrainien : un général des Gardiens de la Révolution endosse la responsabilité, Hassan Rohani promet à Volodymyr Zelensky de punir les coupables

L’Iran a finalement reconnu être à l’origine de la tragédie du Boeing ukrainien. 176 personnes sont mortes dans le crash de l’appareil. Un tir de missile serait à l’origine du drame.

L'Iran a promis ce samedi 11 janvier de "traduire en justice" le "responsable" du tir de missile qui a abattu un avion d'Ukrainian Airlines mercredi, provoquant la mort 176 personnes. De nombreux Canadiens et Ukrainiens étaient à bord de cet avion. 

Selon de nombreux médias, le "coupable" s'est auto-désigné. Un commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution iraniens a endossé la "responsabilité totale" de la catastrophe. Le général de brigade Amirali Hajizadeh s’est exprimé dans une déclaration télévisée : 

"J'aurais préféré mourir plutôt que d'assister à un tel accident".

Le Guide Suprême iranien Ali Khamenei a ordonné aux forces armées du pays de remédier à toute "négligence" et les a exhortées à faire le nécessaire "pour éviter la répétition de pareil accident".

L'Iran a donc fait volte-face samedi et reconnu être responsable du crash du Boeing 737 ukrainien qui transportait 176 personnes. 

La mort du général Ghassem Soleimani, tué dans une frappe américaine à Bagdad, fait toujours craindre les risques d'une escalade. L'Iran a riposté mercredi en tirant des missiles contre deux bases abritant des soldats américains. 

Le président iranien Hassan Rohani a promis à son homologue ukrainien de "traduire en justice" les coupables de la catastrophe de l’avion abattu par un missile iranien. Hassan Rohani "a assuré que toutes les personnes impliquées dans la catastrophe aérienne seront traduites en justice", lors d'un entretien téléphonique avec le chef de l'Etat ukrainien Volodymyr Zelensky.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !