Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©GEORGE FREY / AFP

Recherche

Covid-19 : une nouvelle étude majeure conclut à l'inutilité de l'hydroxychloroquine

Il n'y a "aucune preuve d'un effet bénéfique de l'hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés avec le Covid", a annoncé Martin Landray, professeur à l'Université d'Oxford et codirecteur de l'étude RECOVERY.

Nouvel élément dans le débat entre les partisans de l'utilisation de l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19 et les autres. L'étude RECOVERY, un essai clinique contrôlé et randomisé menée par des chercheurs britanniques, a abouti à la conclusion que ce traitement antipaludéen est inefficace contre le Covid-19.

"Nous avons examiné les données et conclu qu'il n'y avait aucune preuve d'un effet bénéfique de l'hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés avec le COVID et nous avons décidé d'arrêter de recruter des patients pour la partie hydroxychloroquine avec effet immédiat", a annoncé, vendredi 5 juin, Martin Landray, professeur à l'Université d'Oxford et codirecteur de l'étude RECOVERY. 

En résumé : "Ce n'est pas un traitement contre le COVID. Cela ne marche pas. (...) Nous pouvons maintenant arrêter d'utiliser ce traitement qui est inutile", a-t-il dit.

Le choix a été fait de rendre publics ces "résultats préliminaires parce qu'ils ont des conséquences importantes pour la prise en charge des patients et la santé publique", a indiqué le chercheur.

L'étude RECOVERY est menée sur plus de 11.000 patients de 175 hôpitaux et vise à évaluer l'efficacité de plusieurs traitements contre le Covid-19. Les tests sur les autres pistes de traitement continuent, seule ceux sur l'hydroxychloroquine s'arrêtent. Ils ont concerné1542 patients ayant reçu la molécule, comparés à 3132 patients ayant bénéficié d'une prise en charge standard.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !